CADRE DE DIALOGUE SUR LES SERVICES TRANSFERES DANS LA COMMUNE DE ZITENGA
Le 18 décembre 2019 dans la commune de Zitenga, s’est tenu le cadre de dialogue sur les services transférés de l’Etat dans les domaines de l’éducation et de la santé. Financée par la coopération Suisse, ladite rencontre a réuni les acteurs suivants : 54 femmes, 54 jeunes, 54 CVD, le maire et les personnes ressources au nombre de 27.
C’est au total cent quatre-vingt-neuf (189) personnes qui étaient présentes à la rencontre ponctuée par trois communications.
Le premier communicateur Mr KOMBASSERE Harouna, SG de la mairie de Zitenga a rappelé que Onze (11) domaines sont concernés par le transfert de compétence, mais en ce qui concerne la commune de Zitenga, il s’agit de ceux de l’éducation et de la santé qui sont effectifs.
Le second communicateur (OUEDRAOGO Guetawendé Arsène, inspecteur, chef de la circonscription de l’enseignement de base de Zitenga 1 a fait la situation du transfert des ressources dans le domaine de l’éducation. Dans sa communication, il a fait ressortir des difficultés qui sont :
-  L’arrivée tardive du cartable minimum.
-  L’arrivée tardive des vivres devant alimenter les cantines scolaires.
-  L’état embryonnaire des cantines endogènes.
-  Le manque de professionnalisme de certains prestataires.
-  La lourdeur de la procédure de passation des marchés publics.
En outre, il a fait des suggestions dans l’optique de réussir ce transfert dans le domaine de l’éducation. Il s’agit :
• Multiplier les cadres de dialogue.
• Augmenter les subventions tout en allégeant les procédures de passation des marchés publics.
• Recruter un technicien (contrôleur) propre à la mairie aux fins de suivre les infrastructures d’éducation et de santé en construction.
Le dernier communicateur Mr DJIGUIMDE Donald, major du CSPS de Zitenga, s’est appesanti sur la gratuité des soins pour les enfants de 0 à 5 ans et les femmes enceintes. D’emblée, il a fait un diagnostic sans complaisance de la situation :
-  Rupture de médicaments.
-  Dettes non réglées à bonne date par l’Etat.
-  Retard dans les commandes des médicaments.
-  Personnel insuffisant.
Pour juguler toutes ces difficultés, il faudrait selon lui une mobilisation de toutes les forces vives de la commune de Zitenga.
Il a aussi parlé de l’incivisme de certains citoyens qui voient en la gratuité l’occasion d’accumuler des produits de santé en parcourant plusieurs CSPS pour la même maladie le même jour.

A la suite des communications, les populations ont évoqué les préoccupations suivantes :
• A quand l’effectivité du fonctionnement du CSPS de Saadaba.
• Le retard dans la fourniture des outils scolaires. Quelle solution palliative ?
• Qu’en est-il de la vacation au secondaire ?
• La disponibilité des médicaments : que faire ?
• L’absence d’ambulance.
• L’effectivité de la gratuité des soins pour les femmes enceintes.
A toutes ces préoccupations, des réponses adéquates ont été apportées.
Des engagements ont été également pris par les participants :
-  Engagements à s’acquitter des taxes et impôts.
-  Une association de jeunesse s’engage à accompagner les élèves en classe d’examen par des cours d’appui au titre de l’année scolaire 2019-2020 ainsi que la sensibilisation dans le domaine de la santé et de l’éducation.

L’ensemble des acteurs ont appréciés la ténue de ce cadre de dialogue dont l’institutionnalisation a été demandée par les différentes couches de la population.
Le maire quant à lui (modérateur de ce cadre) a surtout insisté sur le civisme et l’esprit citoyen que chaque acteur devra développer pour la bonne marche de la cité. C’est donc dans une ambiance de reconnaissance vis-à-vis du partenaire financier : la COOPERATION SUISSE et de l’accompagnement de GERDDES/BURKINA que cette rencontre a pris fin aux environs de 12H30 dans un climat plein d’espoir.